Archive pour January 2008

Opération de renouvellement urbain à Angoulême (16)

MAITRE D’OUVRAGE : Ville d’Angoulême

DESCRIPTION DE L’ETUDE : Opération de renouvellement urbain «ORU Ma Campagne»

MAITRE D’OEUVRE : JLM architectes urbanistes mandataires, TN+ paysagistes

CHEF DE PROJET : Agathe TURMEL

MONTANT DES TRAVAUX : 6 M€ H.T

ANNEES : 2003-2010 

Le quartier ‘Ma Campagne’ enclave une urbanisation éclatée sur un plateau, offrant peu de relations entre les différents pôles intérieurs (centre commercial, écoles, habitat) et les quartiers limitrophes. Les axes de circulation, mal dimensionnés, favorisent les coupures et réduisent les possibilités d’accroche aux quartiers environnants. L’opération de requalification urbaine se décompose en trois étapes clés :

- Dans un premier temps, la requalification du boulevard Jean Moulin va engager une fluidité des circulations piétonnes et automobiles (réduction des gabarits routiers, aménagements de pistes cyclables …),

- L’aménagement d’une grande promenade piétonne en cœur d’îlots va inciter à parcourir le quartier en désenclavant les espaces résiduels et en apportant équipements et espaces verts aux collectifs.

- Une réhabilitation des immeubles affirmant une lecture claire des domanialités par le biais du végétal, sans passer pour autant par une fermeture absolue des îlots.

La stratégie végétale prend une dimension particulière en définissant une palette en continuité avec le boisement des coteaux (chênes, acacias, charmes, pins…), qui va homogénéiser le quartier. Les seuils des immeubles seront davantage ‘jardinés’ : la trame générale se décline à des échelles variées suivant les lieux, se personnalise et identifie chaque espace public, semi-public ou privatif jusqu’à permettre une résidentialisation des pieds d’immeubles.

p-oru-j-moulin-270705-1500leg.jpgang_avp_vue_residence-4-pkg-entree.jpgp1010320.jpg

p1010695.JPGp1010698.JPGplatelage

 

Ilot du Cerisier à Vénissieux (69)

MAITRE D’OUVRAGE: Grand Lyon

DESCRIPTION DE L’ETUDE: Aménagement des espaces extérieurs de l’îlot Cerisier Quartier des Minguettes

MAITRE D’OEUVRE: TN+ paysagistes mandataires / SOTREC Bureau d’études techniques

CHEF DE PROJET: Andras JAMBOR

ANNEE: 2003-2009

 

BUDGET: 6 M € HT

Outre sa position en plateau, le site des Cerisiers est inscrit fortement dans les pratiques « sauvages » du quartier par les traces du chemin diagonal qui le traverse d’Est en Ouest. Cette disposition qui scinde le site en deux entités permet un décalage intéressant entre deux grands usages complémentaires : l’habitat d’une part, des équipements publics d’autre part. L’espace public, par l’alternance Nord/Sud qui en résulte, a un rôle majeur de cohérence et de distribution des flux. Il s’agit d’établir le long de l’axe diagonal, des espaces diversifiés qui s’ouvrent d’un côté sur l’avenue Jean Cagne et de l’autre sur l’avenue dela Division Leclerc. Cet axe diagonal permet ainsi de valoriser le Nord et le Sud du site, l’avant et l’arrière, supprimant les possibles délaissés. En aucun cas il ne s’agit de multiplier les centralités mais d’inscrire cet îlot dans l’épaisseur du tissu urbain recomposé. La réalisation du parvis de l’Ecole de Musique Jean Wiener constitue la première phase de l’aménagement de l’îlot. Le sol en béton désactivé rhytmé par des bandes de pierres constituera dans le futur le socle uniforme de l’ensemble de l’îlot. Pour assurer une bonne lisibilité la palette végétale contient uniquement des couvre-sols et des arbres tiges. Le parvis est parsemé des arbres de judée dont la fleuraison printanière représente un évenement spectaculaire. Afin de bien différencier les différents usages, le parking se trouve ‘en arrière’, en limite de propriété. Les féviers d’Amérique qui l’accompagnent constituent le fond d’écran pour les bâtiments et du parvis vue depuis l’avenue.

p1050294.jpgimgp6067c.jpgp1050279.jpg

p1050282.jpgjardinieresc.jpgp1050275.jpg

imgp6075c.JPGp1050276.jpgmur-mosaiquec.jpg

3d031.jpg3d011.jpg3d021.jpg

ven_ph2_pro_plan-gen_071214.jpg

Place Menier à Noisiel (77)

Réaménagement de la place Emile Menier à Noisiel

MAITRE D’OEUVRE: TN+ paysagistes, associés à ATEVE BET mandataire

CHEF DE PROJET : Grégory DUBU

ANNEE : 2006

BUDGET : 0,9 M € HT

Le projet d’aménagement de la Place Emile Menier s’inscrit dans une reformulation plus précise des fonctions principales de celle-ci : Une liaison piétonne et visuelle bien définie dans l’axe Est-Ouest, entre l’Hôtel de Ville et le monument commémoratif ; une réorganisation du stationnement pour libérer l’espace central voué aux piétons et aux manifestations ; la mise en scène du bâtiment de l’Hôtel de Ville et des anciens réfectoires et enfin la continuité de la place au droit des rues transversales. L’enjeu majeur de cet aménagement est de retrouver l’esprit de la place lors de sa création tout en tenant compte des contraintes urbaines actuelles.La Place Emile Menier représente le coeur d’un véritable ensemble architectural organisé autour de la chocolaterie du même nom. Il s’agit de marquer à la fois les seuils et l’aménagement de celle-ci afin de retrouver une centralité, une cohérence de l’ensemble de la place, des usages propres. Les surfaces centrales de la place sont traitées en stabilisé afin de retrouver le sol d’origine. Les seuils entre chaque espace sont constitués par des bandes de pavé en grès brut tandis que les places de stationnements et les trottoirs sont matérialisées par un béton désactivé de la teinte du stabilisé. La trame du mail des tilleuls est reprise et complétée comme à l’origine. Le Tilia cordata ‘Greenspire’ est retenu pour sa croissance, correspondant mieux à la densité de plantation et à l’échelle de la place. Sur la partie haute, les pommiers à fleurs, au printemps, attirent le regard depuis la place et accentuent la perspective. Une série de massifs d’arbustes à port libre vient ponctuer la place par intervalles réguliers en atténuant la présence des stationnements. Des haies régulières d’Ilex crenata soulignent la place «basse» pour créer des espace plus intimes qui accueillent les fauteuils «urbains».

photo12.jpgphoto2.jpgphoto3.jpg

photo4.jpgphoto5.jpgphoto6.jpg

photo7.jpgphoto81.jpgphoto9.jpg

Quartier de la Marandinière à Saint-Etienne (42)

MAITRE D’OUVRAGE: Ville de Saint-Etienne et métropole habitat (42)

MAITRE D’OEUVRE: TN+ paysagiste mandataire, associé à SOTREC, bet VRD

CHEF DE PROJET: Grégory DUBU

ANNEES : 2008-2011

BUDGET: 2,6M€

ste_mc1_perspectiveok.jpg

ste_pln_coulee-verte.jpg

ste_coupe2.jpgste_persp1.jpg

ste_coupe1.jpgste_persp2.jpgste_plan-masseok.jpg

ste_coupepk2.jpgste_persp3.jpg

 

Descriptif de la mission:Le projet de requalification des espaces publics de

la Marandinière, inscrit dans le cadre des projets ANRU, trouve son origine dans la structure géomorphologique du quartier. Un quartier incliné plein Est, vers le centre-ville, conçu dans la lignée des projets issus du modernisme, avec la part belle fait aux espaces paysagers. Est-ce la forte pente du terrain qui l’a permis? Les espaces extérieurs du site n’ont pas été ici sacrifiés aux grandes surfaces de circulation et de stationnement. Le site offre ainsi par son caractère propre les meilleures possibilités d’action pour une requalification urbaine de qualité, qui vise à ouvrir le quartier sur les quartiers environnants tout en renforçant l’identité et la valeur intrinsèque de son paysage.C’est un travail sur la pente, comme un exercice pour tirer parti des formidables opportunités liées à cette caractéristique : terrasses, rampes et gradines trouvent leur place naturelle en générant cadrages et point de vue sur l’horizon ; c’est aussi un travail sur la gestion des domanialités. Du public au privé en passant par les espaces collectifs, chaque espace est conçu pou répondre à des attentes spécifiques et à des objectifs d’exploitation raisonnée